Epouvante et ravissement

Charles Baudelaire

Lecture déambulatoire dans l’univers tragique et sublime de deux poètes Charles Baudelaire et Edgar Allan Poe

Comme l’exprime Roger Asselineau dans sa préface aux « Nouvelles histoires extraordinaires », Baudelaire voyait en Edgar Allan Poe un double de lui-même.

Le poète français écrivait un jour à un ami : « Savez-vous pourquoi j’ai si patiemment traduit Poe ?... Parce qu’il me ressemblait.

La première fois que j’ai ouvert un livre de lui, j’ai vu avec épouvante et ravissement non seulement des sujets rêvés par moi et imités par lui, vingt ans auparavant.»