Actualités en 2013

Chère Audrey

En hommage à AUDREY HEPBURN, nous invitons les auditeurs à venir redécouvrir un personnage mythique du cinéma.

La roumanie au salon du livre 2013

LIRE EN SCENE Présente LE VIN DE LONGUE VIE de N.D. COCEA

CESAIRE et CAMUS

Deux auteurs nés en 1913

A l’occasion du centenaire de leurs naissances, nous rendons hommage en 2013

à Aimé Césaire et Albert Camus.

Chère Audrey

Audrey HepburnEn hommage à AUDREY HEPBURN, nous invitons les auditeurs à venir redécouvrir

un personnage mythique du cinéma, Sœur Luc, portée à l’écran admirablement par Audrey. 

A l’appui du roman de Kathryn Hulme « AU RISQUE DE SE PERDRE », nous lisons un extrait révélant la personnalité hors du commun de Gabrielle Van der Mal alias Sœur Luc.

Cette femme engagée dans la vie religieuse et l’action humanitaire revient d’une mission

effectuée au Congo. La Belgique vient d’être envahie par l’Allemagne. Face au dilemme que l’histoire lui impose, un conflit intérieur va s’opérer en elle. Au terme de plusieurs années consacrées au service de son ordre, Sœur Luc se décide à quitter le voile pour aller s’engager dans la résistance. (Traduit de l’américain par Madame C.– M. Huet).

Ensuite nous lisons une lettre écrite par l’actrice à l’acteur Mel Ferrer, incluse dans l’ouvrage «AUDREY HEPBURN –Souvenirs et trésors d’une femme d’élégance » de Ellen Erwin et Jessica z. Diamond.

Audrey confie à son mari ses premières impressions en amont du tournage. Elle évoque sa première rencontre avec les sœurs du couvent, émaillée d’anecdotes, d’observations et d’interrogations au sujet du rôle difficile qui lui est confié.

Le rôle de Sœur Luc est très certainement le plus important dans la carrière de l’actrice.

La lettre est datée du 20 janvier 1958. Un témoignage émouvant qui résonne comme un écho dans l’existence d’Audrey Hepburn. Elle s’est engagée elle aussi pour une cause humanitaire en Afrique, durant les dernières années de sa vie. Audrey nous a quitté il y a tout juste vingt ans, le 20 janvier1993. (Lettre traduite de l’anglais par Madame Paule Bolo).

Ce parcours littéraire et cinématographique offre au public l’opportunité de vivre la rencontre d’une interprète exceptionnelle avec son personnage, dans laquelle leurs voix se confondent.

Editions françaises : « Audrey Hepburn »chez Naïve. « Au risque de se perdre »chez Stock.

Ponctuations musicales de Henry Mancini : - Façade - Shower of paradise

La Roumanie au salon du livre 2013

LIRE EN SCENE Présente LE VIN DE LONGUE VIE de N.D. COCEA (1880-1949)

Traduit du roumain par Jean de Palacio (éd : Cambourakis)

Extrait lu et interprété par Philippe Gaessler

Philippe GaesslerEn hommage à la Roumanie, invitée d'honneur au salon du livre 2013, Philippe Gaessler a choisi de vous lire un dialogue emblématique qui se situe au cœur de l'ouvrage.

Cette histoire publiée en 1931, demeure une des fables les plus originales de la littérature roumaine. Elle évoque la rencontre d'un jeune magistrat récemment nommé dans une bourgade moldave et d'un personnage atypique, le Boyard, Maître Manole. Ce seigneur aux mœurs supposées excentriques, dont la longévité exceptionnelle attise la jalousie de ses contemporains, est un homme solitaire reclus dans son domaine. Toutefois il accueille le jeune homme avec bienveillance, appréciant son goût immodéré pour la lecture, ses qualités d'âme et sa droiture.

Sa longue existence, émaillée d'expériences, de rencontres et de réflexions a permis au Boyard d'atteindre une forme de sagesse, affranchie de toutes croyances mystiques. Lucide sur la nature inconstante des hommes, Maître Manole trouve dans le paysage moldave un refuge pour ses rêveries ainsi qu'une source de joie perpétuelle. Le vin qu'il cultive dans son domaine est la plus belle expression de son amour pour cette terre.

Dans l'extrait choisi, le Boyard confie les secrets de ses méditations à la lueur des questions posées par le jeune magistrat.

Une rencontre émouvante entre un homme jeune et un vieil homme, s'interrogeant mutuellement sur la question essentielle du rapport à l'autre.

Durée de la lecture : 50 minutes

 

Aimée Cesaire

1ère Partie: LE DISCOURS SUR LA NEGRITUDE

Prononcé le jeudi 26 février 1987 lors de la Conférence Hémisphérique organisée par l’université Internationale de Floride à Miami.

2ème Partie: LE CAHIER D’UN RETOUR AU PAYS NATAL

La première œuvre d’Aimé Césaire

Aimé Césaire

Ce long poème a été édité en 1947, et salué depuis sa parution comme le texte fondamental de la génération de la négritude.

Nous vous en lisons un extrait, situé au cœur du poème.

Un grand poète noir (Préface à l’édition de 1947) André BRETON

Aimé Césaire est avant tout celui qui chante.

Passé outre à cette première condition, absolument nécessaire et non suffisante, la poésie digne de ce nom s’évalue au degré d’abstention, de refus qu’elle suppose et ce côté négateur de sa nature exige d’être tenu pour constitutif : elle répugne à laisser passer tout ce qui peut être déjà vu, entendu, convenu, à se servir de ce qui a servi, si ce n’est en le détournant de son usage préalable. Césaire est à cet égard des plus difficiles et cela non seulement parce qu’il est la probité même mais encore dans la mesure où son savoir est plus étendu, où il est à la fois des mieux et des plus largement informés.

Enfin – et ici, pour couper court à toute équivoque tenant à ce que, par exception, Cahier d’un retour est un poème « à sujet », sinon « à thèse », je précise que je m’en réfère non moins à ceux, d’un autre ordre, qui l’ont suivi -, la poésie de Césaire, comme toute grande poésie et tout grand art, vaut au plus haut point par le pouvoir de transmutation, qu’elle met en œuvre et qui consiste, à partir des matériaux les plus déconsidérés, parmi lesquels il faut compter les laideurs et les servitudes mêmes, à produire on sait assez que ce n’est plus l’or la pierre philosophale mais bien la liberté.

Cahier d’un retour au pays natal est à cet égard un document unique, irremplaçable. A lui seul le titre tout effacé du poème tend à nous placer au cœur du conflit qui doit être le plus sensible à son auteur, du conflit que pour lui il est d’importance vitale de surmonter. En effet, ce poème, il l’écrit à Paris, alors qu’il vient de quitter l’école normale supérieure et qu’il s’apprête à revenir à la Martinique.

Albert Camus

« ETRE UN HOMME »

Albert Camus

« Avec le temps, j’ai simplement aperçu que même ceux qui étaient meilleurs que d’autres ne pouvaient s’empêcher aujourd’hui de tuer ou de laisser tuer parce que c’était dans la logique où ils vivaient, et que nous ne pouvions pas faire un geste en ce monde sans risquer de faire mourir. Oui, j’ai continué d’avoir honte, j’ai appris cela, que nous étions tous dans la peste, et j’ai perdu la paix. Je la cherche encore aujourd’hui, essayant de les comprendre tous et de n’être l’ennemi mortel de personne. Je sais seulement qu’il faut faire ce qu’il faut pour ne plus être un pestiféré et que c’est là ce qui peut, seul, nous faire espérer la paix, ou une bonne mort à son défaut. C’est cela qui peut soulager les hommes et, sinon les sauver, leur faire le moins de mal possible et même parfois un peu de bien. Et c’est pourquoi j’ai décidé de refuser tout ce qui, de près ou de loin, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, fait mourir ou justifie qu’on fasse mourir… »…

« L’honnête homme, celui qui n’infecte presque personne, c’est celui qui a le moins de distractions possible. Et il en faut de la volonté et de la tension pour ne jamais être distrait ! Oui, Rieux, c’est bien fatigant d’être un pestiféré. Mais c’est encore plus fatigant de ne pas vouloir l’être. C’est pour cela que tout le monde se montre fatigué, puisque tout le monde, aujourd’hui, se trouve un peu pestiféré. Mais c’est pour cela que quelques-uns, qui veulent cesser de l’être, connaissent une extrémité de fatigue dont rien ne les délivrera plus que la mort. »

Confidence de Tarrou au docteur Rieux dans « La peste » A. Camus

LE RENEGAT et L’HÔTE - Deux nouvelles issues du recueil « L’Exil et le royaume » -

« L’histoire d’aujourd’hui nous force à dire que la révolte est une des dimensions essentielles de l’homme. Elle est notre réalité historique. Dans l’épreuve quotidienne qui est la nôtre, la révolte joue le même rôle que le cogito dans l’ordre de la pensée : Elle est la première évidence. Mais cette évidence tire l’individu de la solitude. Je me révolte, donc nous sommes. » (L’Homme révolté)

1ère Partie - Le renégat ou un esprit confus –

L’histoire commence : « Quelle bouillie, quelle bouillie ! Il faut mettre de l’ordre dans ma tête. Depuis qu’il m’ont coupé la langue, une autre langue, je ne sais pas, marche sans arrêt dans mon crâne, quelque chose parle ou quelqu’un, qui se tait soudain et puis tout recommence, ô j’entends trop de choses que je ne dis pourtant pas, quelle bouillie… ».

Un récit troublant. Camus est au sommet de l’expression de son engagement. A la grâce d’un style concis et prégnant, l’auteur a écrit un monologue lyrique et terrifiant. Le personnage vit intérieurement ses derniers instants et proclame sa rage et son dépit à l’égard de sa condition d’esclave. Cet homme mutilé, au bord de l’agonie, se trouve confronté à ses contradictions, entre haine, révolte et résignation.

2ème Partie - L’hôte –

Un instituteur vit presque en moine dans son école. C’est l’hiver. La neige est tombée brutalement, à la mi-octobre, après huit mois de sècheresse. Les élèves qui habitent dans les villages disséminés sur le plateau ne viennent plus.

Le pays est cruel à vivre, mais Daru l’instituteur y est né. Partout ailleurs, il se sent exilé. Un jour, un gendarme vient le voir tenant au bout d’une corde un arabe, les mains liées, le front baissé. Le gendarme donne l’ordre à Daru de conduire le prisonnier à la police de Tinguit, située à une vingtaine de kilomètres de l’école.

Une fois le gendarme parti, les deux hommes se retrouvent face à face. Un dialogue va s’instaurer. Daru s’interroge sur le sens de sa mission. Conduira-t-il le prisonnier à la prison ?

Ce récit sur le courage, illustre la capacité qu’ont les hommes armés d’une conscience, à dépasser leur peur et à faire des choix qui risquent de mettre leur vie en péril. Un combat sans merci entre révolte et résignation.